Un petit conte zen à méditer.

Il était une fois un petit garçon terriblement entêté, qui se mettait constamment dans des rages folles, brisant tout autour de lui. Un jour, son père le prit par la main et le conduisit jusqu’à la clôture située au fond de leur jardin. « A partir d’aujourd’hui, chaque fois que tu piqueras une colère à la maison, enfonce un clou dans la clôture. Comme ça, au bout d’un certain temps, tu verras combien de fois tu te seras emporté. D’accord? » Pourquoi pas? se dit l’enfant. Je vais essayer. Et désormais, à chaque colère, il allait planter un clou dans la clôture. Jusqu’au jour où il fut horrifié de voir tant de clous dans la palissade.

Son père lui dit : « Tu vois? Il faut que tu apprennes à te dominer. Si tu arrives à ne pas sortir de tes gonds pendant toute une journée, tu pourras retirer l’un des clous de la clôture. » Si je me mets en colère une seule fois, il faut que je plante un clou, mais, pour en arracher un seul, je dois me maîtriser,toute une journée ! C’est vraiment trop difficile ! se dit le petit garçon.

Au début, il eut énormément de mal, mais il persévéra, et le jour où il ôta le dernier clou de la palissade, il comprit soudain qu’il avait appris à se maîtriser. Tout joyeux, il alla trouver son père : « Papa, viens voir. Il n’y a plus de clous dans la clôture, et je ne me mets plus en colère! »

Le père accompagna son fils au fond du jardin et lui dit d’un ton plein de gravité : « Écoute mon garçon, tous les clous ont été arrachés de la clôture mais les trous y resteront à jamais. Chaque fois que tu te mets en colère contre tes parents, tes amis, cela leur perce un trou dans le cœur. Quand le clou est enlevé, tu peux demander pardon, mais tu ne pourras jamais faire disparaître le trou. »

Avant d’agir, nous devrions nous arrêter un instant pour envisager les conséquences, car une fois que le clou a été enfoncé, même s’il est retiré ensuite, la clôture ne peut plus redevenir comme avant. Quand nous faisons quelque chose, il nous faut prévoir et redoubler de précautions. Ainsi pourrons-nous éviter de blesser les autres et aurons-nous moins de regrets dans l’avenir.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *